L'ONF au temps de la COVID-19 : lire la lettre du commissaire.

L’ONF AU TEMPS DE LA COVID-19

MINIMISER LES CONSÉQUENCES ET POURSUIVRE LA PRODUCTION SELON LES RÈGLES DE LA SANTÉ PUBLIQUE

Bonjour,

Je vous écris aujourd’hui pour faire le point sur la situation historique dans laquelle se trouvent notre industrie, nos artistes et nos artisans.

Depuis plusieurs semaines, nous avons mis en place des mesures et des initiatives visant à limiter autant que possible les conséquences de la crise sur les artistes et les artisans, et à poursuivre nos activités de production lorsque les réalisateurs, les équipes et les participants peuvent travailler en toute sécurité.

Voici un résumé de la situation.

Production

  • À l’heure actuelle (en date du 24 avril), 214 projets en sont à l’étape de l’étude, du développement, de la production, de la postproduction ou de lancements récents.
  • La majorité de nos projets en cours n’ont pas été grandement touchés par cette situation d’urgence, bien qu’il nous ait fallu dans certains cas apporter quelques modifications aux calendriers de production et aux livrables, avec l’accord des réalisateurs et des équipes de production.
  • Durant la crise, nous avons l’intention de produire un certain nombre d’œuvres qui peuvent être créées malgré les mesures d’éloignement physique et d’isolement. Nous poursuivons notre travail de développement et de production : entre le 13 mars et le 28 avril, nous avons mis 15 films en développement et 15 autres ont atteint l’étape de la production. Des studios de toutes les régions du pays assurent la production et la direction de ces projets, dans les deux langues officielles.
  • Nous avons communiqué avec tous les cinéastes, et en particulier avec ceux dont le projet avait été suspendu ou retardé.
  • Bien que la pandémie de la COVID-19 constitue un cas de force majeure, nous nous sommes assurés d’honorer tous les contrats, même lorsque les travaux avaient dû être annulés ou reportés entre le 13 mars et le 3 avril, conformément aux directives de la santé publique.
  • Des cinéastes poursuivent leurs travaux de la maison lorsqu’il leur est possible de le faire et respectent ainsi les directives de la santé publique relatives à la distanciation sociale.
  • Dans certains cas, nous avons transporté le matériel technique à leur domicile pour leur permettre d’avancer leur travail de production. Dans d’autres cas, les services techniques sont assurés à distance.
  • À mesure qu’évoluera la crise, nous continuerons de nous adapter, de faire en sorte que bon nombre de nos productions se poursuivent et que les travaux liés à la postproduction puissent être exécutés à distance. En nous appuyant sur la réglementation en matière de santé et de sécurité publiques, nous commencerons graduellement à offrir notre gamme complète de services de postproduction, de même que nos locaux réservés à la production d’œuvres d’animation.

Distribution

  • Nous avons veillé à ce que les auditoires en isolement volontaire — tant au Canada qu’à l’étranger — aient accès à sa riche collection en ligne. Nous ajoutons chaque semaine des œuvres récentes sur ONF.ca et sommes ravis de constater à quel point le site est fréquenté : nous observons une croissance marquée de l’achalandage, lequel peut atteindre 25 000 visionnages par jour, soit trois fois le taux de consultation habituel. Nous nous réjouissons également de voir que nous apportons un réconfort aux gens en cette période difficile.
  • Nos équipes des communications, de la distribution et du marketing s’emploient en outre à replanifier pour l’automne le lancement d’une quarantaine de productions achevées ou en voie de l’être et dont le report ou l’annulation de festivals et la fermeture des cinémas ont retardé la sortie. Notre équipe du marketing s’efforce de trouver de nouvelles façons de procéder, surtout au chapitre des lancements dans les festivals, afin de privilégier les nouveaux cinémas virtuels et les lancements en ligne. Le lien qui unit les cinéastes et le public revêt pour nous une grande importance, et nous travaillons à créer des moyens novateurs de permettre aux réalisateurs de communiquer avec leur auditoire et d’engager le dialogue avec lui en dépit de la situation.

 

À titre de commissaire, je continue de faire valoir la nécessité d’attribuer davantage de ressources à la création audiovisuelle au cours de ces moments pénibles de notre histoire.

à l’ONF, nous croyons fermement que les créateurs et les conteurs du Canada vont jouer un rôle essentiel en nous aidant à traverser cette épreuve ensemble ; le travail que nous faisons bénéficie à toute la population canadienne.

N’hésitez pas à communiquer avec nos productrices et producteurs exécutifs et à consulter la section réservée à la production de notre site ONF.ca pour connaître les derniers développements.

Au nom de toute l’équipe de l’ONF, je vous souhaite une bonne santé.

Restons en contact.

 

Claude Joli-Coeur

Commissaire du gouvernement à la cinématographie
et président de l’Office national du film du Canada