L'ONF au temps de la COVID-19 : lire la lettre du commissaire.

Programme anglais

Le Programme anglais est le plus gros pôle de production de l’ONF, car il compte six studios répartis d’un océan à l’autre. Dans ces studios, nous produisons ou coproduisons des documentaires et des films d’animation à récit linéaire, immersif ou interactif réalisés tant par des cinéastes de la relève que par des cinéastes à mi-carrière ou bien établis, qui reflètent des histoires, des lieux, des points de vue et des collectivités de toutes les régions du pays.

Porteurs d’une culture de production enracinée dans une combinaison unique d’art et de service public, ces studios fournissent le contexte, l’infrastructure, l’équipe et les ressources nécessaires pour favoriser et encourager :

  • une démarche artisanale du récit (y compris des calendriers de développement et de postproduction qui sont rarement possibles dans le secteur privé);
  • l’expérimentation et la prise de risques pour créer de nouvelles façons de raconter les histoires de manière à élargir le canevas du récit documentaire et du récit d’animation;
  • la priorisation des histoires et des perspectives de groupes habituellement sous-représentés dans les médias de masse.

Nous adoptons une riche variété d’approches créatives, ainsi qu’une diversité de voix, de points de vue et de styles de récits. Nous produisons des œuvres de différents formats et durées pour un éventail de plateformes – Internet, télévision, salles, marché institutionnel, projections communautaires, espaces publics, musées, établissements scolaires, etc.

Chaque année, les studios du Programme anglais collaborent avec des centaines de pigistes de chaque province et territoire du Canada qui sont spécialisés dans les divers métiers du cinéma – réalisation, direction photo, prise de son, animation, composition d’images, montage, recherche, scénarisation, composition musicale, conception du son, bruitage, développement, codage, etc.

Au cours des dernières années, les productions et les coproductions du Programme anglais ont récolté des nominations et des dizaines de récompenses nationales et internationales, dont des Oscars, des prix Emmy, Peabody, et Webby, ainsi que des prix Écrans canadiens. Les titres issus du Programme anglais font régulièrement partie de vitrines prestigieuses comme le Top 10 du TIFF.

Documentaire

L’ONF produit de remarquables documentaires avec des cinéastes qui ont une solide vision créatrice, une perspective originale claire, une profonde compréhension de leur sujet pour lequel ils ont développé un accès privilégié. Ces documentaires sont essentiellement des épisodes uniques qui suscitent la réflexion sur des réalités contemporaines et visent à assurer une meilleure compréhension des choses.

Les documentaires de l’ONF se divisent en quatre grandes catégories :

  • insurpassables longs métrages documentaires créatifs qui brilleront sur la scène nationale et internationale;
  • documentaires sollicitant la participation et l’engagement communautaires de type Challenge for Change (Société nouvelle);
  • courts métrages documentaires;
  • projets interactifs ou immersifs qui expérimentent les nouvelles formes, plateformes, technologies et approches du récit documentaire.

Le Programme anglais produit des documentaires dans divers studios : Studio de la C.-B. et du Yukon; Studio du Nord-Ouest; Studio de l’Ontario; Studio du Québec et de l’Atlantique.

Animation

L’ONF se distingue par ses courts métrages d’animation d’auteur de calibre international et, (très) rarement, ses longs métrages reposant sur une grande variété de techniques d’animation.

Il produit aussi des films d’animation interactifs ou immersifs qui expérimentent les nouvelles formes, plateformes, technologies et approches du récit d’animation.

Créé par Norman McLaren, le légendaire Studio d’animation de Montréal collabore avec les cinéastes d’animation d’un bout à l’autre du pays. Le Programme anglais produit des films d’animation dans divers studios : Studio de la C.-B- et du Yukon; Studio du Nord-Ouest; Studio du Québec et de l’Atlantique.

Qui raconte l’histoire

Une multitude de raisons historiques et structurelles expliquent pourquoi tous les groupes de Canadiens ne bénéficient pas d’un accès équitable aux ressources publiques et privées pour porter leurs histoires à l’écran. Cette iniquité a donné lieu à un paysage culturel faussé et franchement appauvri dans lequel les voix et les perspectives de certains groupes sont omniprésentes tandis que d’autres sont à peine audibles.

Notre programmation reflète la société et les perspectives canadiennes, non seulement dans les histoires racontées, mais aussi dans ceux et celles qui les racontent et dans la façon dont ils s’y prennent pour le faire.

Nous reconnaissons qu’il est d’une importance fondamentale de savoir « qui raconte l’histoire », et lorsque nous produisons des récits qui sont branchés sur les réalités de groupes canadiens historiquement marginalisés, sous-représentés ou présentés sous une image déformée, nous privilégions les conteurs qui appartiennent aux groupes dont il est question dans les projets.

Nous adhérons au fait que le Canada est un pays à forte proportion d’immigrants, que nos cinéastes ont des racines aux quatre coins du monde et que dès lors, bon nombre de nos films ou projets abordent des enjeux internationaux à travers une perspective distinctement canadienne.

Compte tenu des tentatives systématiques qui ont été entreprises au cours de l’histoire du pays pour anéantir les cultures et les langues des peuples autochtones du Canada, nous reconnaissons et nous endossons notre responsabilité en tant que producteur et distributeur public du Canada de jouer un rôle proactif dans la création d’espace pour les histoires des artistes autochtones. Au moins 15 % de nos dépenses de production sont affectées à des productions réalisées par des cinéastes autochtones.

Volume de production

Le Programme anglais compte en tout temps une centaine de projets en cours et en achève de 30 à 40 par année.

À l’heure actuelle, 30 % de nos projets sont des coproductions; 70 % sont des productions intégralement financées par l’ONF.

Plus de 50 % de nos dépenses de production sont consacrées à des documentaires créatifs linéaires de court, moyen ou long métrage.

De 20 % à 25 % de ces dépenses vont à des films d’animation linéaires, principalement des courts métrages et, occasionnellement, des longs métrages.

Enfin, de 20 % à 25 % de nos dépenses de production sont vouées aux formes émergentes, soit les documentaires et films d’animation immersifs et interactifs.

John Christou
Directeur des opérations, Programme anglais

Projets en lancement

Projets en production

Projets en développement