Niki Little

Mère, artiste, observatrice, commissaire et gestionnaire dans le domaine des arts, Niki Little fait preuve d’une grande polyvalence. Elle figure parmi les membres fondateurs du collectif The Ephemerals, lequel a été en lice à deux reprises pour le Prix Sobey pour les arts. Originaire de Kistiganwacheeng (Première Nation de Garden Hill, au Manitoba) et aujourd’hui établie à Winnipeg, elle est de descendance anishininew (Oji-Cree) et britannique. Elle s’intéresse aux stratégies artistiques et de conservation entourant les récits immersifs et non linéaires, à l’aspect multigénérationnel, aux continuums et à la consommation.

Pendant plus de 12 ans, en sa qualité de travailleuse artistique et culturelle, Niki Little a produit des projets créatifs d’envergure selon une perspective autochtone et communautaire. De 2019 à 2021, elle a été directrice artistique d’imagineNATIVE (Toronto), le plus grand diffuseur mondial de contenus autochtones sur grand écran. Auparavant, elle a dirigé la National Indigenous Media Arts Coalition (NIMAC), au sein de laquelle elle a organisé Listen, Witness, Transmit (2018), un rassemblement national d’arts médiatiques autochtones tenu à Saskatoon, qui comprenait des tables rondes, des performances, des projections et des expositions. À titre de commissaire indépendante, Niki Little a coorganisé níchiwamiskwém | nimidet | my sister | ma sœur, présentée à la Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) de 2018 à Montréal et dans les environs, et a coorganisé Migration, une résidence de trois semaines sur le territoire avec Becca Taylor à Demmitt, en Alberta. Niki Little a aussi participé à l’exposition Nests for the End of the World (2020), commandée et cocommissariée par l’Art Gallery of Alberta.